Réalisation d'une table à langer en noyer

par Ozian Harrisi (35200 Rennes)


Pratique, cette table à langer en noyer est à la fois esthétique, confortable et fonctionnelle. Monsieur Ozian Harrisi nous résume ici toutes les étapes de la fabrication de cette magnifique table à langer ! A vos outils !


Bébé doit arriver en novembre, et comme cela arrive de plus en plus souvent, impossible de trouver dans le commerce un meuble fonctionnel et joli qui nous plaise : l'amour du beau bois ne simplifie pas toujours la vie !
On se rappelle donc des quelques surplus de bois qui trainent suite au débitage d'une table en noyer, on prend son crayon, sa gomme et sa souris, et c'est parti pour la quête du projet sur mesure.


Nous avons prévu d'utiliser une grande commode à tiroir de 140 cm de long comme base pour la table à langer, mais la hauteur n'étant pas prévue pour cet usage, il faudra surélever la table à langer de 15 cm pour rendre son utilisation confortable. J'en profite donc pour prévoir deux petits tiroirs de part et d'autres du meuble, la future maman trouvera certainement quoi y ranger.

Le matelas à langer et la commode m'ont permis de définir les dimensions du meuble, et grâce au petit plugin sketch up proposé par le site blb-bois, j'en retire un tableau de synthèse avec les dimensions de toutes mes pièces. Il ne reste plus qu'à passer à l'atelier.

Liste de course :
- 2 tétines – 4, 40 €
- Chutes de bois : noyer et contreplaqué

Matériel utilisé, emprunté ou en ma possession :
- Dégauchisseuse / raboteuse
- Scie sur table
- Scie à ruban
- Aspirateur de chantier
- Assembleuse lamello
- Cloueur à air comprimé
- Ponceuse orbitale
- Ciseaux à bois, gabarit de perçage, serre-joints, scie japonaise, maillet, colle, équerre, trusquin, centreurs, crayon, tranchet, petit rabot, etc.


Etape n°1 - Les découpes



Après inspection de mes chutes de noyer, je constate que je dispose de quelques belles pièces mais avec beaucoup d'aubier. Je décide de débiter des planches de 2 cm d'épaisseur, puis d'aviser ensuite de leur appareillage.
Pour cela, je choisis de d'abord dégauchir et raboter les quatre faces principales, histoire de bien voir le dessin et les défauts du bois. Pour les refendre, je fais plusieurs passes successives de chaque côté à la scie sur table, puis je termine à la scie à ruban pour les pièces les plus larges.


Je procède ainsi pour mes différentes sections de bois, en identifiant déjà les futurs éléments en fonction des dimensions disponibles.


Je dégauchis et rabote ensuite les planches pour pouvoir bien les observer, on distingue sur la photo la coupe moins précise faite à la scie à ruban, je la fait disparaître avec quelques coups de rabot.


Etape n°2 - Identification des pièces et appareillage



Après la phase de découpe à l'atelier, j'obtiens un assortiment de planches assez hétéroclite que je dois faire correspondre au tableau issu de mon plan sketch up.


Je passe donc un peu de temps à l'appartement pour réfléchir à la place de chaque planche...


...et à l'appareillage de celles qui sont à assembler pour former des panneaux.


Etape n°3 - Assemblage des panneaux


De retour à l'atelier, je prépare le matériel pour assembler les panneaux. Pour le plateau support, le collage se fait en deux temps : d'abord un collage de trois longues planchettes, puis découpage à la largeur du plateau, et enfin un nouveau collage. Cela me permet de passer de planchettes d'environ 8 à 10 cm de large à un plateau de 48 cm x 67 cm. Les étapes sont répétitives : placer des repères sur les planches jointives, fraiser les logements pour lamelles de taille 20 à la Lamello...

...essayer l'assemblage à blanc avec les lamelles,

encoller et mettre sous presse.

Lorsque les collages ont séché, les planches sont rabotées et recoupées à la bonne dimension lorsque c'est nécessaire. Vu la faible épaisseur des planches de noyer, j'utilise un support en contreplaqué pour le passage dans la raboteuse, cela permet un travail plus propre et évite l'éclatement du bois.


Etape n°4 - Beau bois et aubier


Comme dit précédemment, mes chutes de bois étaient en bonne partie constituées d'aubier. Le bois étant sain, cela ne posait pas de problème pour la résistance mécanique du meuble. Par contre, de par sa différence de couleur l'aubier du noyer nuirait à l'esthétique finale. J'ai donc choisi de traiter l'aubier de deux manières différentes : soit en le supprimant purement et simplement, soit en le dissimulant.
Par exemple pour le plateau support, j'ai utilisé sans grands remords des morceaux d'aubier ou de qualité moindre, ces éléments seront à terme toujours sous le coussin à langer, donc invisibles.
A l'inverse, les joues latérales et arrière seront les pièces les plus remarquables du meuble. Il était donc impératif de soigner ces éléments, j'ai donc pris le parti d'éliminer l'aubier à la scie sauteuse en suivant le fil du bois, mettant ainsi en valeur les motifs et l'aspect tortueux du noyer, caractéristiques que j'affectionne particulièrement.


Etape n°5 - Le support central

En dehors des fonds de tiroirs et des éléments de support du plateau en contreplaqué, l'ensemble du meuble est en noyer. Je présente en position les éléments constituant la partie basse du meuble pour valider les emplacements et dimensions de chaque pièce.

Le support du plateau est fait à partir de chutes de contreplaqué de 18 mm, j'ai fait ce choix en raison de la résistance du contreplaqué, de sa facilité de travail et du fait qu'il sera quasiment invisible une fois le meuble terminé. Je réalise cet élément en reconstituant des sections de contreplaqué, en les coupant toutes à la même hauteur...

...et en les assemblant avec des tourillons et quelques vis pour consolider le tout. Les trous débouchant sont faits à la perceuse à colonne, les emplacements reportés sur l'autre pièce à l'aide de pointes à centrer et les trous dans l'épaisseur du bois réalisés avec un gabarit. Après un montage à blanc pour vérification, les pièces sont encollées, vissées et mises sous presse pour parfaitement verrouiller l'assemblage.


Etape n°6 - Assemblage des tiroirs


Avant de commencer les assemblages de noyer, je ponce une première fois toutes les planches à la ponceuse orbitale grain 80 puis 120.


Je découpe ensuite toutes les pièces aux dimensions finales, je préfère toujours me laisser jusqu'au dernier moment une marge d'au moins 1 ou 2 cm. Les butées de la scie sur table me permettent d'effectuer exactement les mêmes coupes pour les deux tiroirs et leurs fonds en contreplaqué de 10mm. Comme cela est visible sur les photos, j'utilise pour le côté arrière des tiroirs des planches comportant d'assez gros défauts, ces éléments étant dissimulés à l'intérieur du meuble cela ne sera pas gênant.


Après vérification du bon ajustement, j'encolle les pièces...


...et fixe le fond et les côtés entre eux avec des pointes au cloueur à air comprimé.


Après séchage, le rabot élimine les derniers désaffleurements et un petit ponçage permet d'effacer les débords de colle et les traces du cloueur.


Pour assembler les façades des tiroirs, je décide d'accentuer le débord du contreplaqué pour avoir une plus grande surface d'assemblage. Pour cela je retire quelques millimètres aux côtés des tiroirs à la scie sur table.


Je relève ensuite l'épaisseur et la profondeur de ce débord au trusquin...


...pour les reporter sur la façade du tiroir,


et y défoncer un épaulement.


Je termine les angles au ciseau à bois...


...et vérifie que tout s'insère bien.


La façade se fixe aux côtés du tiroir au moyen de 4 tourillons et d'une ligne de pointe au niveau de la liaison fond de tiroir / épaulement. Le gabarit n'étant pas utilisable sur les côtés des tiroirs, les percements sont faits à l'oeil avec deux tasseaux de chaque côté pour m'aider à rester vertical.


J'utilise à nouveau les pointes à centrer pour reporter les repères sur la façade et perce l'intérieur de la façade sur environ 10 mm de profondeur, de manière à ne pas déboucher.


Avant l'assemblage final des tiroirs, j'en profite pour casser les angles au rabot de paume et ponce chaque morceau jusqu'au grain 240.

Je prépare ensuite l'encollage, met sous presse et pointe au marteau le fond du tiroir sur l'épaulement.


Etape n° 7 - Finition des tiroirs

J'utilise du ruban de masquage pour repérer et pré-percer le centre des façades de tiroirs. En guise de poignées, j'ai choisi d'utiliser des tétines Winnie l'ourson.

Pour transformer ces tétines en poignées, je supprime le côté en caoutchouc, je lime des têtes de vis pour qu'elles s'y introduisent et les scelle à la colle bi-composant epoxy.

Pour que le tiroir coulisse bien sur le meuble, je recouvre le fond de feutrine que je colle au contreplaqué avec une bonne couche de colle à bois. J'ai au préalable fait quelques tests pour m'assurer que la colle à bois convienne bien à cet usage.

Pendant que le tout sèche, je peux visser mes poignées customisées pour terminer les tiroirs.


Etape n°8 - Le plateau

Pour visualiser l'aspect du plateau, je fais un premier montage à blanc maintenu par des serres joints.

Cela me permet de décider de la découpe des derniers arrondis à la scie sauteuse pour obtenir un rendu homogène.

A nouveau un montage à blanc pour repérer et marquer la position des assemblages à lamelles.

Puis je peux fraiser tous les logements. Je perce des logements pour tourillons pour consolider l'assemblage entre les joues latérales et le panneau arrière.

Je peux enfin passer au collage le plus sensible du projet, puisqu'il implique cinq arrêtes en même temps.

Manquant de longs serre-joints, j'en fabrique un sur le tas avec une planche de chêne et quelques chutes de noyer coupées en coin...

...le mouvement des coins l'un sur l'autre me permet d'avoir un serrage latéral supplémentaire. 

 

Après séchage, je rectifie les désaffleurements et élimine les débords de colle, je peux ensuite adoucir les arrêtes au rabot puis au papier de verre.

Pour fixer le plateau au support en contreplaqué, je perce à l'aide du gabarit des logements de 10 mm de diamètre.

Je les reporte avec les pointes à centrer et les perce également à travers le plateau.

Je décide de finir de poncer soigneusement le plateau jusqu'au grain 240 à cette étape, pour pouvoir le vernir avant de le fixer sur le support. Après avoir nettoyé le bois avec un chiffon humide pour relever les dernières fibres, poncé et aspiré une ultime fois, je passe environ cinq couches de vernis en phase aqueuse dilué à 50%, en veillant à égrener si besoin après séchage de chaque couche. Les tiroirs sont vernis de la même façon.


L'assemblage final

Pour empêcher que le meuble ne bascule et sécuriser l'ensemble, je solidarise l'arrière du support de la table à langer à la commode sur laquelle elle reposera au moyen d'une planche de contreplaqué de 10 mm d'épaisseur.

Une fois le vernis du plateau sec, je découpe des tourillons, les chanfreine au papier de verre pour les introduire plus facilement puis les colle en place pour fixer le plateau au support contreplaqué.

Après séchage, les têtes de tourillons sont soigneusement arasées, des retouches ponctuelles de vernis au niveau des tourillons viennent terminer la protection du plateau.

La façade avant vient masquer le support en contreplaqué et descend devant le plateau de la commode, la table à langer est ainsi bridée sur la commode à l'arrière et à l'avant. Cette façade est vissée par l'intérieur à travers le contreplaqué.



Et voila le meuble enfin terminé !

Une fois le coussin à langer en place, on peut apprécier le résultat final, ne reste plus qu'à y installer bébé, mais pour cela il faudra encore un peu de patience, ce projet n'est pas encore totalement
terminé !


Conclusion

Ce projet n'était pas très technique, mais il m'a permis d'expérimenter de nouvelles techniques ainsi que de mieux me familiariser avec mes outils à main. Au final je suis très satisfait des assemblages qui suivent au maximum le fil du bois, de la courbe naturelle du contour du meuble, et de la couleur chaude du noyer. Enfin, il ne faut pas oublier la satisfaction d'avoir réalisé un projet à moins de 5 €, soit le coût des deux tétines !


Ce contenu requiert Macromedia Flash Player version 8 ou supérieur.Get flash player

HM diffusion
0  article(s) pour un total TTC de : 0,00 €
Panier

Paiement sécurisé