Une table de chevet contemporaine

par David Mancel (46320 Brengues)

L'esthétisme sobre des lignes de l'ouvrage de David Mancel est adroitement contrebalancé par l'emploi d'essence aux teintes contrastées : érable et noyer. L'idée de l'utilisation d'une planche à découper de type "billot" pour le dessus nous à également beaucoup séduits car lui donnant un cachet tout à fait remarquable !



Ce chevet s'accorde avec un lit réalisé précédemment. Il est entièrement en bois massif (même les fausses-languettes utilisées pour les assemblages des panneaux). Les différents éléments sont collés, aucune vis n'intervient dans les assemblages.

Les lignes sont volontairement épurées. Les arêtes sont exemptes de moulures. De plus, il y a association d'essences claires (l'érable) et foncées (le noyer). Ses dimensions hors-tout sont de 520 x 365 mm, pour une hauteur de 695 mm.

Les différentes pièces de bois, débités à partir de plateaux ou de chutes, sont rabotées et assemblées par rainures et fausses-languettes.

Le plateau est constitué d'une planche à découper achetée dans le commerce (célèbre enseigne suédoise de mobilier et d'objets déco, que nous appellerons Ikéo...). Elle est fabriquée avec des carrelets de bouleau présentés en bois de bout.

J'ai ceinturé ce plateau d'origine avec des alèses en orme assemblées en coupe d'onglet, afin de le mettre aux dimensions et lui donner un aspect de teinte nuancée (les coupes d'onglet sont faites avant les coupes droites de l'arrière). Les assemblages utilisés sont à rainures et fausses languettes.

Enfin, les arêtes sont profilées par un arrondi.
Plus tard, j'ai fixé ce plateau aux côtés par rainurage (dans une rainure de 15 mm de profondeur) et collé.

Les deux côtés sont en érable. Après un ponçage intermédiaire (grain 100), le traçage des rainures est effectué. Puis ils sont rainurés (rainures arrêtées), sur leur face intérieure afin de recevoir les tablettes ainsi que le fond, en lambris. L'usinage des rainures est effectué à la défonceuse à l'aide d'un guide parallèle.

À leur base, ainsi que sur celle de la face, une pièce de bois "foncée" (fausse traverse qui composera un socle), en orme, vient équilibrer les coloris avec le plateau (on peut voir le perçage des emplacements pour les tourillons d'assemblage). Le bord extérieur est arrondi à l'instar du plateau.


La traverse basse de la façade ainsi que les deux traverses arrière sont fixés aux côtés par tourillons. Le positionnement en vis-à-vis est assuré par des pointes tête homme plantées d'un coté puis coupées aux tenailles. La marque laissée centre précisément les perçages à effectuer. Après retrait des pointes, l'ensemble est percé (à la perceuse électro-portative).

Après essai à blanc d'assemblage des différentes pièces, un ponçage de finition est réalisé (ponceuse roto orbitale, grain 150 et 180).

L'encollage et le montage des différents éléments sont réalisés meuble debout et de bas en haut. Le contrôle de l'équerrage du caisson est primordial pour pouvoir assurer plus tard une bonne intégration de la porte.

Les tablettes sont en frêne. Elles sont au nombre de trois et ont chacune une profondeur différente. De haut en bas, la première est égale à la largeur des côtés (rainure traversant le côté), la deuxième est située derrière la porte ; elle sert de butée à cette dernière, la troisième constitue le bas du meuble et est associé à la traverse de façade.

La porte vient fermer une partie du caisson. Elle est constituée de frêne avec deux alèses en noyer. Deux charnières invisibles assurent le mouvement de cette dernière. Le vissage des charnières invisibles s'effectue avant la pose du fond. Nota : je rajoute une vis de 15 mm à l'arrière de ces charnières afin de régler avec précision (en vissant ou dévissant cette vis) pour que la porte vienne bien se positionner au ras des côtés. En effet, l'arrière de la charnière vient s'appuyer sur cette vis "de réglage" qui diminue le jeu de cette dernière. La fixation d'un bouton assure enfin la préhension de la porte.

Le fond est constitué de lambris en sapin. Il est encastré dans une rainure effectuée sur les deux cotés, le plateau et la traverse basse. Le fond est posé avant la traverse haute arrière (un jeu périphérique est laissé). Le serrage de l'ensemble se fait sur établi. Les deux traverses arrière sont en mélèze.

Touche finale, je lui ai donné une finition huilée : l'ensemble est badigeonné à la brosse d'une préparation à base d'huile, puis est mis à sécher dans une zone ventilée. Finalement, le meuble est lustré à l'aide d'un chiffon. Il est intégré à sa place, 48 heures après, le temps que l'huile termine son évaporation.


Ce contenu requiert Macromedia Flash Player version 8 ou supérieur.Get flash player

HM diffusion
0  article(s) pour un total TTC de : 0,00 €
Panier

Paiement sécurisé