La réalisation des mortaises : méthode manuelle




L'assemblage à tenon mortaise est un des assemblages les plus anciens et qui reste, de nos jours, un incontournable en ébénisterie. Que ce soit pour réaliser des mortaises classiques, traversantes, avec renfort d'épaulement, ou encore moulurées, l'usinage de base restera toujours le même : évider une cavité rectangulaire, à fond plat et d'une largeur correspondant en général à 1/3 de l'épaisseur de la pièce recevant la mortaise.
     

Si l'usinage reste le même, on dispose de différentes solutions pour le réaliser soit manuellement, comme nous le verrons ici, soit de façon mécanique.
 

Réalisation manuelle au bédane

 

Le traçage

Il n'y a pas de bonne mortaise sans traçage précis et c'est particulièrement vrai pour les mortaises réalisées à la main.

 
Placer les pièces à assembler en alignant les parements (faces vues) et tracer la largeur de la pièce à tenonner "par présentation".
A noter : on laisse une surcote en extrémité de pièce afin de limiter les risques d'éclatement pendant l'usinage (cette surcote sera éliminée après réalisation de l'assemblage).


     



Tracer la longueur de la mortaise à l'équerre ou à l'équerre de renvois et à la pointe à tracer ou au tranchet de traçage plutôt qu'au crayon (le traçage sera beaucoup plus précis).




     
On choisira un bédane de la largeur de la mortaise à exécuter, en sachant que cette largeur ne doit pas excéder 1/3 de l'épaisseur du bois à mortaiser (exemple : une mortaise de 8 mm de large dans une pièce d'épaisseur 24 mm).
On règle le trusquin double pointe directement sur le bédane pour éliminer tous risques d'erreur.


     





Les traçages du tenon et de la mortaise se feront ensuite avec le trusquin sans changer le réglage et en respectant bien les parements.
     


L'usinage

Il n'y a pas de méthode exacte pour réaliser l'usinage au bédane, chacun ayant ses propres petits trucs. Il y a néanmoins des principes à respecter :
- bien vérifier la verticalité de la frappe en calant correctement la pièce sur l'établi et en plaçant le bédane parfaitement à 90° (on pourra s'aider d'une équerre).
- toujours finir l'usinage par la mise à dimension définitive de la mortaise sous peine d'avoir une mortaise trop grande.

Notre truc : une cale de bois dégauchie à 90° et solidement fixée à l'aplomb du tracé sera un guide parfait pour "descendre" les extrémités de la mortaise parfaitement à la verticale.


Nous retiendrons deux méthodes :
 

A- La première méthode consiste, à partir du centre, à enlever des copeaux de plus en plus grands et de plus en profondément pour finir à la verticale.
A noter : sur ce shéma est représenté la câle de guidage qui permettra de finir les côtés de la mortaise parfaitement à la verticale.





     



B- La deuxième méthode consiste, toujours à partir du centre, à creuser en se servant du bédane comme d'un levier (d'ou l'importance de partir du centre pour ne pas écraser les extrémités de la mortaise).
Il ne restera qu'à aplanir le fond en laissant une petite surcote pour l'excédent de colle. Ce dernier usinage ne demande pas une très grande précision.



     

Notre avis

 
La réalisation des mortaises à la main demande une certaine habitude et c'est la méthode qui prend, de loin, le plus de temps. Cependant, il est bon de savoir réaliser cette opération, pour soi mais aussi parce que dans certains cas, la mortaise devra être réalisée sur place sans pouvoir démonter la pièce à usiner et donc sans pouvoir utiliser de machine.
 


Ce contenu requiert Macromedia Flash Player version 8 ou supérieur.Get flash player

HM diffusion
0  article(s) pour un total TTC de : 0,00 €
Panier

Paiement sécurisé