L'humidité dans le bois

On dit souvent que le bois est un matériau vivant. Ne croyez pas que c'est vrai sous prétexte qu'il puisse être habité par des insectes ou des parasites ! Plus sérieusement, le bois est un matériau hygroscopique : c'est à dire qu'il est susceptible de perdre ou de reprendre de l'humidité. Par conséquence, ces dimensions pourront varier en fonction du taux d'humidité de l'air dans lequel il sera placé.
 

Qu'est-ce que l'hygrométrie ou taux d'humidité du bois ?

 
La teneur en humidité (%) est le rapport de la masse d'eau contenu dans un échantillon par rapport à sa masse anhydre (La masse anhydre est le poids de la matière composant le bois sans eau). La masse d'eau peut être supérieure à la masse du bois : par exemple, le peuplier, à l'état vert peut dépasser 200% d'humidité ! Sa masse d'eau est donc deux fois plus importante que sa masse "sèche". En moyenne, les feuillus de nos régions ont une humidité de l'ordre de 80%.
 
 

L'humidité dans le bois se présente sous trois formes :

a - Eau libre : elle remplit le vide cellulaire et peut être extraite sans variation dimensionnelle.
b - Eau liée : elle imprégne les parois cellulaires et provoque les variations dimensionnelles lorsqu'elle est extraite (à partir de 30% d'humidité).
c - Eau de constitution : elle fait partie intégrante de la matière et ne peut donc pas être extraite.
 

Pourquoi l'hygrométrie est importante en menuiserie ?

 
La connaissance du taux d'humidité du bois est essentielle dés lors que nous voulons en faire une utilisation rationnelle et performante, et ce pour plusieurs raisons :

La plus évidente est la variation dimensionnelle. Après avoir pris tant de soin à réaliser des usinages au 1/10e de mm, il suffira d'une simple variation hygrométrique pour faire gonfler ou rétrécir le bois. Si toutes les pièces de bois n'ont pas le même taux d'hygrométrie, les assemblages deviendront impossibles ou prendront du jeu.

La stabilité dimensionnelle doit être préservée. Le bois doit être usiné sensiblement à la même hygrométrie que son emplacement de destination. C'est un problème malheureusement bien connu lorsqu'on place un vieux meuble de famille dans une habitation équipée d'un chauffage central. Le bois s'assèche et tous les assemblages prennent du jeu, sans parler de l'apparition des fissures de surface et autres déformations du bois.

D'autres raisons sont moins évidentes de prime abord mais ont toutes autant d'importance :
- Hygrométrie adaptée pour la réalisation de collages performants.
- Hygrométrie adaptée pour la réalisation de finitions.
- Hygrométrie adaptée pour la bonne conservation du bois et en particulier vis à vis de certains agents d'altération biologiques.
 
 

Comment choisir son bois et à quel hygrométrie ?

 
L'hygrométrie du bois doit être la plus proche possible de celle du milieu ambiant :
- En extérieur, en France, l'hygrométrie varie entre 19% en hiver et 13% en été. L'humidité du bois devra alors avoir idéalement une valeur de 15 à 16%.
- En intérieur, avec chauffage central, l'hygrométrie varie dans des proportions importantes : entre 13% l'été et 7% l'hiver. Le bois doit donc être travaillé à une valeur avoisinant les 10% voir 6% pour les appartements surchauffés.
 

Peut-on sécher son bois soit même ?

 
Le séchage artificiel
Outre le matériel nécessaire, le séchage artificiel reste très complexe. La principale difficulté est de parvenir à réguler le séchage pour que l'hygrométrie à coeur et en surface soient les plus proches. En effet, le bois commence à sécher aux extrémités et en surface. Une variation d'hygrométrie importante et rapide peut entraîner des contraintes mécaniques qui auront pour effet de provoquer des fissures et des déformations.
Pour cette raison, il est préférable d'acheter du bois séché par un professionnel. Certains scieurs bien équipés pourront sécher le bois à la demande en fonction de son emplacement de destination.

Le séchage naturel
On peut cependant faire sécher son bois de manière naturelle comme les "anciens". Il suffit pour cela d'avoir du temps et de la place. La grume débitée en plots doit être soigneusement ré-empilés en plaçant de nombreuses épingles pour laisser l'air circuler. Après avoir soigneusement ficelé ce montage afin de prévenir des déformations, choisir un emplacement aéré, à l'abri de la pluie et du soleil.
 



Le séchage dépend des conditions atmosphériques, de l'essence et de l'épaisseur du bois : compter entre 2 et 4 ans. A noter quand même que cette méthode ne conviendra pas pour des utilisations dans des locaux avec chauffage central car le bois ne sera jamais assez sec.





     
On l'aura compris, l'hygrométrie du bois a une importance capitale dés lors que l'on souhaite pérenniser ses réalisations. L'idéal est donc de pouvoir, dés l'achat du bois chez le scieur, connaître le taux d'humidité avec précision afin de ne pas avoir de mauvaises surprises !

 


Ce contenu requiert Macromedia Flash Player version 8 ou supérieur.Get flash player

HM diffusion
0  article(s) pour un total TTC de : 0,00 €
Panier

Paiement sécurisé