Combinées bois Lurem Optal 26 et Kity Bestcombi 260

Notre avis

 
Avec ces machines, les deux fabricants français on décidé de viser le même type de clientèle, celle de l'amateur éclairé qui veut s'équiper d'une petite combinée sérieuse et de bonne fabrication. Kity et Lurem existent depuis des décennies et assurent un suivi que d'autres marques, apparaissant puis disparaissant du marché aussi vite qu'elles sont apparues, ne peuvent garantir. Une telle machine étant, pour le bricoleur, un investissement dans la durée, c'est un aspect à ne pas négliger.
 

Table aluminium ou fonte

 
Chaque fabricant a, bien entendu, des arguments mettant en valeur son produit. Si auparavant les tables des petites machines Lurem étaient en tôle, l'avantage était, à l'époque, nettement pour les machines Kity qui étaient plus précises avec leurs tables en fonte d'aluminium usinée. Les tables de la nouvelle Optal 26 modèle 2009, sont désormais en fonte d'acier et la rigidité et la précision sont similaire. Lurem va argumenter la résistance supérieure de l'acier sur l'aluminium. Dans la réalité ce ne sont jamais les tables qu'un amateur arrivera à user et des modèles Kity en aluminium tournant depuis plus de 30 ans sont là pour le prouver! Certes, les tables alu se rayent : attention donc aux petits graviers. La fonte d'acier demande aussi plus d'entretien, en particulier dans les locaux humides et non chauffés. Il faut huiler les tables pour éviter la rouille et nettoyer celles-ci avant d'utiliser la machine. Sachant que la rouille reste très superficielle et n'entame en rien la machine.
 

Poids de la machine

 
Avec ses 230 kg, la Lurem dépasse largement les 160 kg de la Kity. C'est la rançon de la fonte d'acier ! La Lurem est livrée d'origine avec 2 roulettes et un bras type « brouette » et s'avère sportive à déplacer seul. La Kity peut être équipée en option de deux roulettes et d'un timon lui aussi équipé de roulettes. Sont déplacement s'avère très facile et sans effort. Un argument à prendre en compte si on commence à prendre de l'âge et si on est amené à déplacer souvent la machine dans un atelier réduit pour pouvoir travailler sur les différentes fonctions.
 

Dimensions

 
La Lurem est plus étroite que la Kity. Cela lui permet de passer par une porte de 83 cm. Pour la Bestcombi, un passage d'1m10 est nécessaire mais la machine se démonte en deux parties (rabo dégau d'un coté et toupie scie de l'autre). Dans cette configuration, elle passe dans une porte de 73 cm sans problème. Cette version allégée permet aussi un transport plus facile si vous avez des marches à franchir mais nécessite un démontage remontage qui vous prendra 2 heures.
 

Volants de réglages

 
Lurem monte sur ses machines (raboteuse et toupie) des volants équipés d'un niveau à bulle circulaire. Le repérage est facilité avec des graduations au 1/10 et une remise à zéro des niveaux. C'est un plus sympathique et bien pratique mais qu'il faut utiliser en en comprenant bien le fonctionnement. Le jeu mécanique entre montée et descente étant de 1 mm en moyenne, il ne faut tenir compte de la lecture de réglage qu'à la montée. Ceci restant vrai sur toutes les machines qu'il faut régler à la montée pour éliminer les jeux dans les engrenages. Une astuce permet de régler à la descente après rattrapage du jeu.
 

Aspiration

 
Du coté des carters, rien à dire coté toupie et scie. Sur la rabo dégau, les capteurs de la Lurem sont un peu étroits et bourrent plus facilement. Nous recommandons donc l'acquisition d'un aspirateur performant comme le ?Kity 692. Ces carters sont en plastique léger alors que ceux de Kity sont en tôle avec un canal plus conséquent. Kity dispose aussi d'une sécurité électrique lors de la mise en place du carter de rabo dégau qui n'existe pas sur Lurem.
 

Rabo dégau

 
En dégauchissage :
Les capacités sont similaires. La Lurem n'est équipée que d'un guide qui est commun avec la scie. Il n'y a donc pas de possibilité de faire du dégauchissage incliné contrairement à la Kity qui dispose aussi d'un guide inclinable. La mise en place bien d'équerre du guide Lurem est aussi plus difficile mais ne peut se dérégler. La position du moteur de sciage oblige aussi à dépointer la scie de la Lurem pour pouvoir utiliser la rabo dégau. Sur les deux machines, les tables ne sont pas relevables. C'est moins confortable pour une utilisation en rabotage mais cela permet de réduire les coûts tout en bénéficiant d'une bonne rigidité et d'une meilleure précision.

En rabotage :
La Kity dispose d'un système de 4 vérins filetés sur une table de raboteuse plus grande. La précision est légèrement meilleure mais la montée descente est bien plus fastidieuse que sur la Lurem qui reste très douce et rapide avec son fût central. Le système de vérin fileté demande aussi un entretien plus régulier (dépoussiérage et lubrification). Le passage en hauteur est de 200 mm sur Kity contre seulement 160 chez Lurem. Il est donc possible de raboter des traverses plus larges mais aussi des poutres ou solives plus importantes. Pour les deux, souvenez-vous que vous êtes sur des petites machines, et que pour de grosses pièces, des servantes et le soutien de l'opérateur sont indispensables pour ne pas fausser la machine !
 

Sciage

 
C'est sur la fonction sciage que les deux machines présentent le plus de différences.

Capacité de coupe :
Lurem dispose d'une capacité en épaisseur de 90 mm en coupe droite grâce à la lame de 250 mm et 2300 W de moteur. Les capacités sont très supérieures à la Kity. En coupe inclinée, la capacité de la Lurem se réduit à 40 mm car la sortie totale de lame est impossible, les flasques de serrage venant buter dans l'obturateur de lumière. Le système de montée descente de lame est moyennement précis mais la Lurem pêche surtout sur le réglage en inclinaison. La bascule de lame se fait comme un balancier sans manivelle et un réglage précis s'avère très hasardeux. Coté Kity, on ne dispose que d'une lame de 200 mm et de seulement 1500 W de puissance soit 60 mm de hauteur de coupe. En coupe inclinée la capacité est de 40 mm, identique à la Lurem. La Kity est par contre bien plus précise au niveau des réglages qui se font par manivelle. Que ce soit pour la hauteur (réalisation de feuillures à la scie) ou pour l'inclinaison.

Dimensions de la table :
Avec 76 cm de largeur de table contre 56 cm pour la Lurem, la Kity permet une découpe de pièces plus larges au guide parallèle (535 contre seulement 400 mm pour Lurem). La longueur des machines reste identique.

Chariot de sciage tenonnage :
Dans la version de base, les deux machines sont similaires avec un chariot quand même plus large pour la Kity (180 mm contre 140 mm pour Lurem). La Kity dispose aussi d'une tablette qui est en option sur Lurem. Le guide angulaire est plus précis sur la Lurem et dispose de vis d'ajustement pour la verticalité. Un point zéro est aussi disponible pour la coupe d'équerre. La Lurem peut aussi être équipée en option du chariot à cadre la transformant en mini scie à format. Un équipent unique dans cette catégorie de machine et qui facilite la découpe de (petits) panneaux d'agencement en en améliorant le soutien et en facilitant leur manipulation. En ce qui concerne la capacité en longueur et les réglages d'ajustement, les chariots Kity et Lurem restent similaires.
 

Toupie

 
Les capacités de la Lurem sont supérieures grâce à un passage dans la table de 160 mm pour le travail par-dessous et de 200 mm dans le carter pour le travail par-dessus (contre respectivement 140 et 150 mm pour Kity). Le moteur de la Lurem a plus de coffre avec ses 2500 W contre seulement 1500 pour Kity. L'Optal est équipée du même guide de toupie que ses grandes s?urs mais ne dispose, comme la Bestcombi, que d'une vitesse de 6750 trs/mn. Les plates-bandes standard de 160 mm passent donc dans la Lurem alors que de plus petits outils ont du être développés pour la Kity. Le guide est aussi plus long et plus haut sur la Lurem et la joue réglable de sortie est équipée de 4 vis permettant de reprendre l'alignement entre la joue d'entrée et celle de sortie. Kity équipe son guide de joues en alu plus courtes avec 2 barrettes amovibles pour faire office de guide continu. Les joues de la Lurem sont en contreplaqué avec un obturateur en médium pour guide continu. L'avantage est que l'on usine le médium et que l'on se trouve au plus près de l'outil. En contrepartie il faut refaire régulièrement cette pièce obturante en fonction de l'outil utilisé. Il est aussi nécessaire de plonger dans l'outil en rotation pour qu'il fasse son passage. Cette opération, bien que sans danger, s'avère un peu stressante pour les opérateurs inexpérimentés ! Coté puissance, Lurem l'emporte haut la main avec 2300 contre 1500 W.

A noter que sur la Kity, le carter de toupie peut se positionner de trois manières grâce à 3 jeux de filetages dans la table. Soit parallèle au chariot comme pour tenonner, soit perpendiculaire en bout de table pour moulurer. Le chariot est alors bloqué et utilisé en rallonge de table et dans cette position, il n'est pas nécessaire d'escamoter et de dépointer la scie. Le carter se retourne aussi de 180° pour bénéficier de la surface toupie-scie + dégauchisseuse et ainsi travailler de grandes pièces. Le guide de travail à l'arbre est identique mais est en option chez Kity.
 

Mortaiseuse

 
Des équipements similaires pour les deux marques, mais à noter que chez Kity il existe aussi une mortaiseuse lourde aux tables plus conséquentes. Notre avis reste toujours le même en ce qui concerne les mortaiseuses en bout d'arbre. Si on le peut, il reste toujours préférable de s'orienter sur une mortaiseuse indépendante. Il est plus confortable et pratiquement incontournable de retirer la mortaiseuse pour utiliser la rabo dégau. Si les mortaiseuses Kity se montent et se démontent relativement facilement, il n'en va pas de même pour la Lurem fastidieuse à monter et démonter et pour laquelle il faut être un peu contorsionniste pour atteindre les vis de fixation sous la table de rabotage.
 

Ce contenu requiert Macromedia Flash Player version 8 ou supérieur.Get flash player

HM diffusion
0  article(s) pour un total TTC de : 0,00 €
Panier

Paiement sécurisé