Les volants : organes vitaux de la scie à ruban

Au nombre de deux, les volants de la scie à ruban servent de support à la lame. Chacun d'eux est constitué d'une toile pleine ou rayonnée, ayant à la périphérie une jante revêtue de liège ou d'un bandage en caoutchouc vulcanisé : cela évite le matage de la voie de l'outil, étouffe le bruit et absorbe les variations de tension de la lame pendant le sciage.
 
Le volant inférieur est monté en bout d'arbre d'un palier solidaire du bâti et entraîné habituellement par une poulie reliée au moteur par des courroies. Plus lourd que le volant supérieur, il entraîne ce dernier au moyen de la lame de scie. Le choix de sa vitesse de rotation est effectué de façon à obtenir une vitesse linéaire de l'outil comprise entre 15 et 25 m/s.

Le volant supérieur est libre en rotation. Il est réglable en translation verticale et en inclinaison par rapport à un axe horizontal. Le réglage vertical se fait avec un dispositif mobile par rapport au bâti.
 

Les réglages...

 
 
L'écartement entre les deux volants est variable, ce qui permet de donner à la lame la raideur nécessaire et l'adhérence suffisante sur les volants.
Afin d'éviter les bris des lames, un dispositif de compensation des variations de tension au cours de sciage est mis en place au niveau du mécanisme de translation du volant supérieur. Ce système élastique est souvent constitué d'un ressort à boudin ou d'un empilage de rondelles plastiques.

L'inclinaison du volant supérieur assure le positionnement de la lame sur la jante des volants.
- Les dents des lames larges se placent à l'extérieur des bandages.
- Les lames à chantourner sont positionnées au milieu de ces derniers.
En inclinant le haut du volant supérieur vers l'arrière ou vers l'avant, on fait respectivement rentrer ou sortir la lame.
     
 

Ce contenu requiert Macromedia Flash Player version 8 ou supérieur.Get flash player

HM diffusion
0  article(s) pour un total TTC de : 0,00 €
Panier

Paiement sécurisé